étude du tableau de Rubens, quelques idées...

(la toile se trouve au Louvre, dans l'aile Richelieu au 2ème étage, salle 18 "la galerie Médicis").

Cette oeuvre fait partie d'une série de 24 tableaux commandés à Rubens en 1622 par la régente Marie de Médicis pour orner son palais du Luxembourg à Paris. Marie de Médicis, est la seconde épouse et la veuve du roi Henri IV, mère de Louis Louis XIII. Cet ensemble colossal a été peint entre 1622 et 1625. Il décrit la vie de la Reine depuis sa conception ( "les Parques filant le destin de Marie...") jusqu'à sa réconciliation avec son fils (Louis XIII) en 1621.


"L'apothéose d'Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis. Peint entre 1622 et 1625. 394 x 727 cm. Musée du louvre . Paris

le sujet du tableau :

Le roi Henri IV, ancien huguenot converti au catholicisme avait réussi la pacification religieuse avec l'édit de Nantes (1598). Les deux religions pouvaient coexister pacifiquement, situation unique alors en Europe. Mais les passions ne sont pas éteintes. Henri est inquiet de la puissance des Habsbourg d'Espagne, champions de la Contre-Réforme catholique, dont les possessions encerclent la France.

En 1610, à l'occasion d'un conflit de succession pour deux principautés allemandes, il soutient les princes protestants contre les Habsbourg et, la guerre semblant imminente, il lève une armée. Attitude purement politique, mais beaucoup de catholiques français y voient un soutien au protestantisme... Avant de partir pour l'Allemagne, Henri, le 13 mai 1610, remet la régence à sa femme, Marie de Médicis. Le lendemain, 14 mai , il est assassiné par Ravaillac, un catholique exalté. Une longue période de trouble commence. Elle fera regretter aux Français le "bon roi Henri", qu'ils avaient pourtant si peu aimé de son vivant. Le thème du tableau de Rubens se place ainsi au lendemain de l'assassinat du roi, lorsque Marie, la régente doit prendre en mains le gouvernement du royaume. (le roi, leur fils, n'ayant alors que neuf ans)

Premières impressions :

Tout semble en mouvement sur cette grande toile. Sinuosités, courbes et obliques dominent. À gauche, le roi, assassiné, s'élève vers les cieux... (Ravaillac serait symbolisé par le serpent). Tous les personnages sont en déséquilibre, en train de bouger, d'accomplir un geste qui reste comme suspendu...

Tous, sauf à droite, la reine. Assise, en grand deuil, serrant les mains sur sa poitrine, comme repliée sur elle-même, elle regarde, avec crainte le globe de l'empire et le gouvernail (symbole du gouvernement) que lui remettent des personnages allégoriques. Mais ce foisonnement, cette vitalité baroque, chaude et brouillonne, ce "désordre" sont solidement structurés, ordonnés, par une géométrie rigoureuse .

Analyse de la composition :

mouvements

 

proportions dorées

espace transition

1. Deux scènes simultanées, mais opposées sont représentées :


triangle Henri

La diagonale du carré est le plus long côté du triangle. Les divinités se détachent du zodiaque, on reconnaît d'abord Héracles (Hercule) (association au roi divinisé) puis Hermès (Mercure)

 


cercle Marie


convergence

Derrière la Reine la sage déesse Athéna (la Minerve des Romains) la conseille et la protège . La Prudence lui présente la France, qui, agenouillée et casquée, lui tend le globe du gouvernement. Et la Provodence divine, en suspension dans les airs, lui remet le gouvernail symbole de la direction de l'État.


Il y a ainsi un contraste saississant entre la gauche qui "s'évapore" et la droite qui se "concentre", entre le monde céleste irréel vers lequel le roi défunt va s'effacer et le monde bien matériel et architecturé que la reine va maintenant régir !

2. structures géométriques :


si l'on rabat le petit côté sur le grand on obtient un carré dont la diagonale n'est que le plus long côté du triangle...


Le cercle inscrit dans ce carré englobe tous les personnages de la partie gauche...


Même opération à droite : là aussi, tous les personnages se regroupent dans le cercle inscrit. Remarquez que c'est sur le côté droit du carré que s'adosse la femme debout, silhouette la plus claire du tableau.


Ainsi la toile s'organise aussi autour de deux cercles. Ces deux cercles se chevauchent dans l'espace central de transition, de contact, entre ces "deux mondes". Le chien (symbole de fidélité), bien vivant, regarde la reine, participant à la convergence vers Marie. Alors que le trophée d'armes est tourné dans l'autre sens...


cette oblique est une autre structure importante... Remarquez qu'elle recoupe de nombreux points d'articulation, genoux, coudes, mains


même constatation pour la partie droite, la diagonale de ce rectangle suit bien le mouvement général. Ces deux obliques forment un vaste triangle pointe en bas, comme une pyramide renversée .


rectangles d'or



À propos, comment construire un rectangle d'or ?
À propos, comment construire un rectangle d'or ? D'abord, tracer un carré ABCD. Puis, tracer un cercle de centre O, milieu d'un côté (ici BC) ayant pour rayon OD. Prolonger la droite BC , elle coupe le cercle en F. Terminer le rectangle obtenu en élevant une perpendiculaire à BCF en F. Elle coupe le prolongement de AD en E. Votre rectangle ABFE est un rectangle d'or !






Pourquoi ? parce que BF (le grand côté) = AB (le petit côté) x 1,618 (le nombre phi)...



Mais, au musée quand on regarde un tableau, on n'a pas de règle, ou de rapporteur. On enregistre une vision plus spontanée, plus intuitive des masses et des directions, comme celle ci-dessus de deux pyramides inversées.


jeu de mains

on peut aussi s'intéresser au jeu de mains...autour des signes du pouvoir, le globe et le gouvernail...

mains courtisans

 

 

Cette étude d'un tableau de Rubens est maintenant publiée dans l'ouvrage "Les maths au quotidien" de Matthieu Colonval et Abdelatif Roumadni, éditions Ellipses Paris 2009. Un site internet est dédié à ce livre, on y trouve des TP informatiques téléchargeables ainsi que des exercices interactifs tirés de situations concrètes de cet ouvrage. Il se trouve à l’adresse suivante : http://maths-au-quotidien.perso.neuf.fr


sommaire
art au XVII° siècle

fiche généralités pour étude de tableau
l'art au XVII° siècle
l'art en France au XVIII° siècle
Accueil