Bernard Marie Collet

Peinture : mise en scène et composition

Eugène DELACROIX (1771-1835)
"La barque de Dante"

étude géométrique de la composition

exposé au Salon en 1822 - 180 x 242 cm - conservé au Musée du Louvre

 

Description


Inspiré d'un extrait de la Divine Comédie, visite aux Enfers de Dante Alighieri (à gauche, coiffé d'un bonnet rouge) accompagné de Virgile (au centre). Scène de leur passage sur le Styx dans la barque menée par Phlégias, roi des Lapithes (à droite, tournant le dos). C'est un épisode du cinquième cercle de l'Enfer, celui des coléreux condamnés à demeurer éternellment dans les eaux boueuses du Styx.

Un travail autour des diagonales

les diagonales soutiennent plusieurs formes majeures du tableau, comme par exemple le mouvement de recul de Dante exprimé par l'inclinaison de ses bras. Le centre du tableau correspond aux mains jointes de Dante et Virgile.

Un format très classique

Une composition générale qui s'appuie sur un format classique de 3 x 4 (rectangle de Pythagore)

 

Quatre longs rectangles dont les diagonales appuient des tracés importants

complétés par les diagonales rejoignant à gaucxhe et à droite le haut de la médiane de la toile : une belle pyramide solidement appuyée sur toute la base du tableau...

 

La frêle embarcation semble naviguer sur les corps de damnés regoupés dans le tiers inférieur de la toile. leurs convulsions participent au bouillonnement des eaux comme les contrastes de valeurs.. Ces damnés assaillant la barque sont les parties les plus lumineuses du tableau.

 

La lumière s'attache sur le beau corps allangui du damné de gauche ainsi que sur celui de la femme qui semble endormie. Contraste avec les corps sombres et crispés des autres damnés.

Le nautonnier Phlégias, demi-nu, aux muscles crispés par l'effort tente de maintenir le cap de la barque.

Seul Virgile, axe vertical, comme émergeant de son ample manteau brun curieusement relevé à l'arrière de sa tête semble impassible.

Un nimbe de nuage (ou d'écume ?) permet de détacher du tragique fond sombre les trois personnages de la barque.

Seules couleurs intenses, le rouge du bonnet de Dante et le bleu du drap du nautonnier dont on trouve un rappel assombri sur les maches de Dante. Le manteau de Virgile reprend en l'éclaircissant les teintes brunes de l'arrière plan.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sommaire études d'histoire de l'art
l'art au XVII° siècle
l'art en France au XVIII° siècle
l'art au XIX° siècle
accueil Bernard Collet