Accueil
Contact
Mon parcours
Galeries pastels et huiles
Galeries papiers découpés
actualités

Bernard Collet

L'art européen au XVII° siècle

L'art de la Renaissance (XV° et XVI°siècle) /center>


Les artistes s'inspiraient des formes artistiques de l'Antiquité gréco-romaine. Les érudits (les humanistes) étudiaient les auteurs anciens. Les architectes réutilisaient les formes architecturales des monuments antiques. Peintres et sculpteurs représentaient des scènes de l'histoire ancienne et de la Bible . Ils cherchaient, à l'imitation de Dieu, à créer des formes idéalement belles .

La révolution caravagesque


A la fin du XVI° siècle, un peintre italien travaillant à Rome, Le Caravage (1573-161O), rompt avec cette recherche de l'harmonie pour un art résolument réaliste et dramatique. Il prend ses modèles parmi les gens du peuple. Il utilise un éclairage latéral violent produisant des contrastes saisissants d'ombre et de lumière (technique du clair-obscur).

Caravage David et Goliath
Le Caravage. "David et Goliath".
Tableau peint en 1610, conservé à Rome dans la collection Borghèse (Caravage aurait donné son propre visage à la tête décapitée de Goliath...)

 

Son oeuvre influencera les artistes du XVII°s (Le Français De La Tour, le Néerlandais Rembrandt (voir pages 24 et 25) ou l'Espagnol Vélasquez, par exemple).

Georges de la Tour
Georges de La Tour. "le nouveau-né". peint vers 1630. Conservé au Musée de Rennes.

Velasquez
Diego Vélasquez.
Les Ménines. Peint vers 1656-1657. 318 x 276 cm. Musée du Prado, Madrid
Le peintre s'est représenté à gauche en train de peindre. Dans le miroir au fond le reflet des souverains espagnols (Philippe IV et Marie-Anne d'Autriche)

L'art baroque.


L'art baroque se développe à Rome au début du XVII°siècle. (voir page 21 le plus célèbre peintre, sculpteur et architecte de cette époque : Le Bernin). C'est l'art de la contre-Réforme catholique. L'art devient un moyen d'exalter la foi catholique et une arme de reconquête contre le Protestantisme (il s'oppose au dépouillement des temples protestants) . Toutes les formes d'expression baroques cherchent à produire une émotion sur le spectateur. En architecture, la profusion et la richesse des formes (souvent courbes) veulent impressionner et faire sentir aux fidèles la splendeur du royaume de Dieu et de son église (regardez la gigantesque fresque de Pozzo, page 20) . En sculpture et en peinture, les artistes recherchent le mouvement en utilisant courbes et diagonales . Ils laissent libre cours à leur imagination. Ils veulent exprimer les sentiments et les passions par l'intensité des expressions et l'utilisation de couleurs chaudes. Parti d'Italie, l'art baroque s'étendra surtout dans les États catholiques d'Europe centrale, des Flandres (voir Rubens page 22), en Espagne et au delà en Amérique latine.

Rubens

Peter-Paul Rubens. "L'apothéose d'Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis". Peint vers 1622. 394 x 727 cm. Musée du louvre . Paris

voir une étude de la composition de ce tableau

L'art classique.


Il va se développer en France en réaction contre la démesure et l'extravagance de l'art baroque . Ordre, rigueur, équilibre, discipline, en sont les principes directeurs, aussi bien pour la littérature (Boileau, Corneille, Racine) que pour les arts plastiques (Poussin, Le Brun, Coysevox) et l'architecture (Le Vau, Jules Hardouin-Mansart). (voir le château de Versailles )

Cela correspond bien à l'idéal de la monarchie absolue et l'art classique est soutenu par le pouvoir (création de l'Académie française pour la littérature par Richelieu en 1634; de l'académie royale de peinture et de sculpture en 1648).

Les peintres comme Poussin, Le Brun, Philippe de Champaigne affectionnent les compositions statiques et les couleurs froides exprimant le calme et une nature maîtrisée.
Le jardinier Le Nôtre plie même les végétaux à l'ordre géométrique.
En dehors de France l'art classique étendra son rayonnement à toute l'Europe princière et mêlera ses influences à celles du baroque.
div align="left">
Poussin
Nicolas Poussin. "Le Jugement de Salomon" . 1649 . 101 x 150 cm. Musée du louvre. Paris
voir ici une étude de la composition de ce tableau


Suite : l'art en France au XVIII° siècle


sommaire
généralités pour étude de tableau
accueil Bernard Collet